Les années 50 et 60 : l’âge d’or du hockey à Matane

Depuis le début du mois et jusqu’à la fin février, la Société d’histoire et de généalogie de Matane (SHGM) présente l’exposition de photographies Les années 50 et 60 : l’âge d’or du hockey à Matane. Celle-ci retrace cette période inoubliable en mettant en vedette les joueurs et équipes qui l’ont marquée.

Le Red Rock de Matane : l’équipe qui a marqué l’histoire du hockey à Matane. Photo : Archives SHGM

« Des Red Rock aux Castors, de Roland Bilodeau à Yvon Tremblay, les amateurs de hockey se remémoreront de beaux souvenirs et replongeront dans cette époque », indique celui qui l’a préparée, René Joncas.
Les décennies 50 et 60 sont considérées à juste titre les années d’or du hockey à Matane. Grâce à des rivalités naturelles créées avec d’autres villes du Bas-Saint-Laurent, il n’était pas rare de voir des foules de plus de 2 000 personnes s’entasser dans l’aréna de la ville pour venir encourager leur équipe.

Le Red Rock, le Club juvénile et les Castors
En 1954, une équipe seniore de Matane marquait l’histoire en représentant le Québec en finale de l’est de la coupe Allan, emblème de la suprématie du hockey amateur au Canada. Après avoir battu tour à tour les équipes de Rivière-du-Loup, Cornwall et Fredericton, le Red Rock de Matane devait s’avouer vaincu contre une équipe de l’Ontario, les Wolves de Sudbury.
En 1961, sous l’initiative d’un groupe de policiers de Matane menés par le sergent Henri Savard, le Club juvénile de hockey mineur voyait le jour. Dès la première année, plus de 200 jeunes pouvaient pratiquer leur sport préféré dans un encadrement structuré et sous la supervision de bénévoles. En 1963, pour la première fois à Matane, une équipe de hockey de catégorie pee-wee participait au prestigieux tournoi de hockey du Carnaval de Québec.
Durant les années 60, le club intermédiaire de hockey de la ville, appelé les Castors, fait partie des ligues de la région et défend l’honneur de la ville du nord du Nouveau-Brunswick jusqu’à Saguenay, en passant par la Côte-Nord et le Bas-Saint-Laurent.

spacer

Leave a reply