La Voix gaspésienne

Près de 60 ans d’histoire

Lancé le 19 novembre 1955, l’hebdomadaire vendu La Voix gaspésienne a cessé d’être publié le 17 juin 2012. Puis, il est réapparu sous une forme mensuelle en septembre 2012 jusqu’en août 2014 pour les régions de Matane, Matapédia et Haute Gaspésie. Il était alors diffusé gratuitement tout comme l’hebdomadaire gratuit La Voix de la Matanie, auparavant La Voix du dimanche.

Pendant les 30 premières années, le journal a appartenu à la Compagnie de radiodiffusion de Matane puis à Octave Lapointe, un des cofondateurs avec son frère René. Ensuite, le Groupe Quebecor l’a acquis.

En juin 2014, TC Média (Transcontinental) s’en est porté acquéreur. L’entreprise l’a ensuite fermé le 3 septembre de la même année parce qu’il n’avait pas trouvé preneur à la suite de sa mise en vente.

La première copie de l’index déposé sur la première page du journal et près de l’appareil-photo utilisé dès 1955. Photo Romain Pelletier


Index par sujet

Un index par sujet couvre la période de 1955 à 1994. Dès novembre 1983, des équipes se sont mises à la tâche de recenser chacun des articles et chacune des photos grâce à des programmes d’aides gouvernementales. Elles ont effectué le travail d’abord à la main, puis à la machine à écrire et enfin à l’ordinateur.

Voici les noms des personnes qui ont réalisé l’index. 1955-1964 (1984) : Serge Ouellet, Lucie Dugas, France Pelletier et Chantal Gauthier. 1965-1971 (1985) : Élizabeth Verreault, Louise-Andrée Gignac, Chantal Lapierre et Jocelyne Michaud. 1972-1975  (1993) : Paul McMullen, Christine Perron, Annie Tremblay, Sylvie Côté et Kathya Dubé. 1976-1980  (1993) : Sylvie Côté et Kathya Dubé. 1981-1984 (1996) Sylvie Côté et Judes Tremblay. 1985-1996 (1996) : Plusieurs autres personnes, dont Naomi Althot (2008), Audrey Lafrance-Brassard (2011) et Véronique Fillion (2012), ont aussi contribué à cette réalisation. Monique Levasseur a révisé la période 1987-1994.


      Liste des index du Journal

1955 à 1986

1987 à 1994


 

De multiples changements

La Voix gaspésienne a vu le jour au troisième étage d’un immeuble de l’avenue Saint-Jérôme avant d’emménager à la station de radio et de télévision locale (maintenant Radio-Canada) sur la rue Saint-Sacrement pour ensuite avoir ses propres locaux dans l’Édifice de la Gare jusqu’à sa fermeture.

Au cours de son histoire, le journal a changé à de multiples reprises de format et de présentation. La chronique Du coq-à-l’âne est la seule qui soit demeurée.


En 1989, Christine Perron, Paul McMullen et Annie Tremblay ont travaillé à l’index dans le local de la SHGM situé au Carrefour socio-culturel de Matane. Photo Romain Pelletier

En 1993, Sylvie Côté et Kathia Dubé ont oeuvré à la réalisation de l’index dans le local de la SHGM situé au Carrefour socio-culturel de Matane. Photo Romain Pelletier


En 1994, Sylvie Côté et Judes Tremblay ont vu à la réalisation de l’index dans le local de la SHGM situé au Carrefour socio-culturel de Matane. Photo Romain Pelletier

En 2008, Naomie Althot a travaillé à l’index dans le local de la SHGM au Pavillon de la Cité. Photo Romain Pelletier


En 2011, Audrey Lafrance-Brassard a oeuvré à l’index dans le local de la SHGM au Pavillon de la Cité. Photo Romain Pelletier

En 2012, Véronique Fillion a travaillé à l’index dans le local de la SHGM au Pavillon de la Cité. Photo Romain Pelletier